Vous avez besoin d’aide pour améliorer votre classement dans les moteurs de recherche ? Bonne nouvelle, ce n’est pas si difficile. Surtout si vous êtes prêt à modifier drastiquement votre façon de faire, de créer et d’analyser. Je vais donc vous expliquez quels sont les points à améliorer pour vous rapprocher de votre désir d’obtenir un meilleur référencement, en seulement six étapes et avec des outils majoritairement gratuits.
améliorer son réferencement

1. Corriger les erreurs techniques et bien optimiser vos pages

Les problèmes techniques ne ralentissent pas seulement le site, mais affectent également votre classement sur Google. Il existe un nombre incroyable de possibilités d’erreurs techniques. Les suivantes sont parmi les plus courantes : Une double Méta-Description, des liens brisés et pages 404, des pages bloqués par le robot.txt, etc…
Il est devenu très simple de détecter ces erreurs techniques à l’aide d’audits SEO. Ces analyses peuvent être effectuées par des spécialistes ou vous pouvez utiliser de nombreux outils. En tant qu’étudiant en web marketing j’utilise très souvent SEMRush pour contrôler mon SEO. Un bon suivi SEO gratuit est également offert par l’outil Screaming Frog. Un aperçu rapide et gratuit de chaque page dans la fenêtre de WordPress est fourni par la superbe extension Yoast SEO, ce qui me permet en création de sites, de savoir dès leur création si mes pages sont optimisés pour les moteurs de recherche et les optimiser en temps réel.

Puis pour ce qui est de l’optimisation de votre site, tout dépend de la structure de la page
Pour améliorer le classement Google, une règle d’or est de préfixer le mot-clé principal – par exemple dans la méta description et méta title, dans l’introduction d’un texte, dans les sous-titres H2, etc. Le Google Bot évalue également l’endroit où se trouve le mot-clé, ce qui vous fera alors gagner des points auprès de celui-ci. Un autre conseil à l’avance : veillez à évaluer l’environnement sémantique car il faut avant tout penser que vos potentiels lecteurs doivent d’abord cliquer pour arriver sur votre contenu.

2. Améliorer la vitesse de chargement des pages et du site

Les longs temps d’attente non seulement consomment le volume de données mais laissent également les utilisateurs déçus et même les décourage d’aller plus loin. Il n’est donc pas surprenant que la vitesse de chargement de votre site Web soit un facteur clé pour le référencement. Les pages d’atterrissage sont rapidement récompensées par les moteurs de recherche et peuvent être trouvées plus haut dans l’index Google. Mais comment puis-je évaluer et améliorer la vitesse de chargement ?

Découvrez la vitesse de chargement et améliorez le classement Google grâce à des outils en ligne comme le site web « GTMetrix » et analysez la vitesse de chargement de votre site. Le rapport de GTmetrix vous montrera plus précisément les problèmes potentiels et les points à améliorer. Comme le chargement d’images non compressées ou les problèmes liés l’hébergement. Que pouvez-vous faire de mieux à partir de maintenant ? Veillez donc, si vous faites du développement et design web comme moi, à enregistrer vos illustrations et images spécifiquement pour le web (dans Illustrator ou Photoshop choisissez « Exporter pour le web »), et même compresser les une deuxième fois avec des outils en ligne gratuits pour le faire.

3. Créez un contenu unique avec une valeur ajoutée et supprimez le contenu dépassé

Connaissez-vous tout votre contenu ? Même si en créant votre article il y a longtemps vous pensiez être sur de la qualité de votre argumentation, il vaut parfois la peine de peaufiner un vieux contenu. On y trouve également des informations sur la façon de reconnaître les pages non performantes. Mais qu’arrive-t-il aux pages qui n’attirent pas de trafic et dont le contenu est mince ou trop dépassé ? C’est simple ce contenu doit être supprimé. Mieux vaut 15 ou 20 bons articles qu’une centaine mauvais.

Pour ce qui est du nouveau contenu, vous pourriez vérifier si vous préférez offrir vos propres éléments de fond au lieu de liens vers d’autres sites, qui peuvent être reliés entre eux. La clé d’un contenu unique est donc d’offrir un contenu que les utilisateurs choisissent en fonction de leur intérêt de recherche et qui est parsemé de détails précieux (galeries de photos, informations de fond, etc…). De cette façon, vous vous démarquez également de la concurrence.
Ayant une appétence pour le design et l’infographie et connaissant les tendances actuelles des stratégies de contenu en web marketing j’aime proposer du contenu original pour apporter une valeur ajoutée à mon contenu et qu’il paraisse nouveau et personnalisé à l’image de marque. Cela renforce l’idée d’expert en un domaine pour nombreux utilisateurs !

Produisez donc un contenu inédit et original, utilisez des photos plus authentiques ou des illustrations réalisées ou modifiées par vous au lieu de photos de stock. Posez-vous la question suivante : quelle photo soutient le mieux le contenu décrit de votre site ? La réponse est simplement celle que vous allez créer.

Également un point important dans la création de contenu pour votre site : la régularité. Elle est essentielle puisqu’elle vous permettra de générer plus de trafic sur votre site. Plus vous posterez régulièrement plus votre site attirera de trafic (habitués et nouveaux utilisateurs), ce qui montrera à Google que votre site est potentiellement intéressant et le fera remonter dans les résultats de recherche.

4. Générer des Backinks qualifiés

Les backlinks qualifiés sont des liens qui pointent vers votre site web depuis l’extérieur. Ils peuvent être générés par des personnes appréciant votre contenu, des partenariats, et pleins d’autres façons. Le principe de « qualité au lieu de quantité » s’applique ici comme aux liens sortants. Plus les backlinks que vous pouvez générer sont pertinents et de haute qualité, mieux c’est. Donc veillez aussi à ce que ces backlinks soient cohérents avec le contenu des deux pages.

Depuis quelques temps, Google place l’expertise d’un auteur ainsi que la confiance d’un site web sur un sujet plus haut qu’auparavant. En d’autres termes : les sources non fiables ou les résultats de recherche moins qualifiés et moins importants sont dévalués. Il faut alors préférer se spécialiser sur un domaine permettant alors à notre contenu d’avoir des mots clé très ciblés et similaires. Et ainsi permettre d’avoir des Backlinks pointant vers un contenu dit expert, et souvent sur une même thématique.

5. Tenir compte de l’expérience utilisateur et de l’ergonomie

Après les récentes mises à jour de l’algorithme de Google, les experts en SEO sont toujours à la recherche des cibles derrière les ajustements du moteur de recherche. Selon Google, les données des utilisateurs n’auraient aucune incidence sur le classement. Mais qu’en est-il de l’expérience utilisateur ?

Il n’y a pas de lien direct et clair entre l’expérience de l’utilisateur et le classement, mais l’approche d’apprentissage machine (Machine Learning) de Google recherche des « caractéristiques qui indiquent une expérience utilisateur positive ». Une déduction qu’il fait est de concevoir les pages de la même manière que le font déjà les pages ayant la meilleure expérience utilisateur.
Facilitez l’orientation des visiteurs de votre site Web, dirigez habilement leur attention et proposez des éléments ludiques (par exemple, des illustrations interactives ou des vidéos) qui sont amusants et qui leur apprennent quelque chose. Ils seront alors plus intéressés si cela est utile pour eux.

Grâce aux points d’optimisation suivants de votre expérience utilisateur, vous pourrez par la même occasion faire monter votre taux de rebond ! Faites glisser le contenu vers le haut. Par exemple, supprimez les espaces vides dans la mise en page du design. On peut supposer que l’utilisateur ne veut pas faire défiler l’écran vers le bas pour obtenir l’information qu’il recherche.
Réduisez les (trop) grandes images d’illustration : il faut penser au responsive et à l’utilisation mobile. Aiguisez les introductions, car c’est comme ça : lorsque les utilisateurs viennent via la recherche, l’intro (à côté du titre de la page) décide s’ils restent ou s’ils partent. Oui c’est aussi simple même si ça peut paraitre injuste. Il faut donc prétendre que vos propres lecteurs s’en tiennent à de bonnes introductions.
Inclure plus de paragraphes. Après tout, l’œil du lecteur peut voir avant la lecture s’il s’intéresse ou non au texte. Et le plus souvent il ne s’intéresse pas aux grands pavés de texte.

6. Améliorer le référencement de Google avec les réseaux sociaux ?

Une autre question est remise en cause par de nombreux experts en référencement depuis des années : les signaux sociaux sont-ils également considérés comme un facteur de classement ? Et ici, la réponse officielle de Google n’est pas un simple oui ou non.

Selon le rapport sur le Référencement naturel de WebRank, en 2010 un employé de Google, a affirmé que les mesures de suivies de Facebook et Twitter, qui signifient l’autorité et l’importance d’un profil, n’ont aucune influence sur le classement et le référencement d’un site.
En 2011, ce même employé a révélé que l’algorithme de Google prendrait toujours en compte les signaux sociaux comme facteur de classement sur la page de résultats de recherche.
Quelques temps après certains se sont intéressés à nouveau sur la question, et les moteurs de recherche comme Google et Bing auraient expliqués que la personne que vous êtes sur Twitter ou Facebook a un impact sur la performance d’une page dans la recherche Web ordinaire. Les activités des médias sociaux peuvent générer du trafic du fait d’une image de marque renforcée et la création d’une communauté plus investie. Donc que faut-il penser des réseaux ?

Twitter peut-il améliorer le classement de Google ?
Il est connu et revu que les tweets sont particulièrement pris en compte dans Google News et les classements actuels. Cependant, le géant des moteurs de recherche n’a pas étendu son accord de coopération avec Twitter depuis quelques temps. Google dépend donc de la bonne volonté de Twitter pour déterminer à quelles données le géant aura encore accès à l’avenir. Il est alors encore très peu recommandé de baser une majeure partie de son SEO sur son contenu Twitter car votre score pourrait chuter d’un jour à l’autre.

Facebook peut-il améliorer le classement de Google ?
Ici on retrouve quasiment la même situation, malgré de longues négociations avec Facebook, Google n’a pas pu conclure un accord de coopération qui lui donnerait accès aux données nécessaires pour permettre de réévaluer les sites. Google n’ayant accès qu’aux zones publiques de Facebook pour évaluation, il n’est alors pas en mesure d’évaluer le degré de confiance et d’influence des utilisateurs individuels sur des comptes avec des millions de fans.

Indépendamment de la question finalement sans réponse de si/comment/dans quelle mesure les signaux sociaux sont évalués pour l’optimisation de moteur de recherche, beaucoup continuent simplement à supposer que les signaux sociaux jouent un rôle dans des résultats réguliers de SEO. Après tout, l’optimisation pour les moteurs de recherche et les médias sociaux sont deux éléments importants du marketing entrant pour permettre également plus de trafic sur notre site web.